Java en 1 semaine : le Mont Bromo et Kawa Ijen

Java - Indonésie

Je ne sais même pas par où commencer tant ce voyage a été riche en découvertes et aventures ! J’aimerai pouvoir tout vous raconter dans les détails, ne perdre aucune miette du voyage et vous le retranscrire comme je l’ai vécu mais ça serait trop long !

Pour ceux qui me suivent sur Snapchat et Instagram, vous avez eu droit aux belles images, l’envers du décor aussi parfois, les petits instants de vie en tant réel, et j’ai adoré partager tout ça avec vous. Et aujourd’hui je me réjouis d’écrire cet article pour vous donner plus en détail l’itinéraire de notre voyage et les bonnes adresses.

Nous (Manon et Damien) sommes partis 20 jours. Pour éviter un article beaucoup trop long, je vais le diviser en 2, une partie sur Java et les volcans et une 2ème sur Bali.

Lorsque nous avons programmé ce voyage, il était déjà un peu tard, nous avons acheté nos billets 1 mois et demi à l’avance. Ce qui nous a décidés à choisir cette destination est notamment la météo et le coût de la vie. En août, c’est la mousson en Asie… sauf en Indonésie. Bali était une destination qui me faisait rêver depuis longtemps, mais j’avais toujours pensé que j’aurai la chance d’y aller un peu plus vieille, que c’était une destination un peu chère. Nous voulions faire les volcans de Java, mais pourquoi aller en Indonésie sans passer par Bali ? On a donc rajouté Bali sur le programme et mon excitation est montée à +10 000.

Quelques petites choses à savoir avant de partir en Indonésie :

  • Ne programmer rien à l’avance. Vous trouverez toujours de quoi vous loger, même en pleine saison. Nous n’avions rien programmé car nous voulions aller au gré de nos envies sans contrainte, et nous avons bien fait ! Nous réservions nos auberges seulement 24h à l’avance via Booking.com, pour avoir le plus de flexibilité possible. C’est donc le seul conseil que je peux vous donner : ne programmez rien depuis la France (ou alors juste le 1er jour d’arrivée). Vous verrez une fois sur place. Pour Java, nous avions un itinéraire plus ou moins tracé mais peu de réservations. En revanche pour Bali, ça a été entièrement du freestyle et nous avons adoré ça !
  • Les transports sont compliqués… On est jamais sûr de rien là-bas ! Parfois cela peut être très long. C’est d’ailleurs ce point qui nous a fait comprendre que nous avions bien fait de ne rien programmer.

Le voyage

25h de voyage, l’Indonésie se mérite ! Nous avons voyagé avec la compagnie Arabian Airlines, la moins chère au moment de l’achat de nos billets, et nous avons été très satisfaits, tout s’est très bien passé et je n’ai rien à redire. Nous sommes donc partis de Paris Charles de Gaulle, pour un premier trajet de 5h jusqu’à Jeddah… Parlons-en tiens ! Surement la plus longue escale qu’on ait connue : 10h dans un aéroport avec RIEN à faire, quelques boutiques de parfums, quelques cafés mais sinon rien. C’est le désert ! Pour l’aller, on tolère mieux, car on sait que c’est le début des vacances mais le retour… on tourne on rond comme un lion en cage, alors prévoyez de quoi vous occuper : jeu de cartes, livres, magazines, musique, un coussin de voyage, de quoi vous couvrir et vous nourrir. Après ces 10h d’escale et 10h de vol, on posait le pied à Jakarta. ENFIN.

 

Indonésie

 

Jour 1 : L’arrivée à l’aéroport de Jakarta

Une fois à l’aéroport, nous avons échangé nos euros. La monnaie utilisée est le roupie : 1€ équivaut à peu près à 15 000 roupies, vous allez donc vous retrouver avec une grosse liasse de billets ! Ce que je peux vous recommander, c’est de ne partir qu’avec très peu d’argent pour éviter de vous balader avec une trop grosse somme. Retirez de l’argent au distributeur au fur et à mesure du séjour en fonction de vos dépenses. C’est comme ça que nous avons fonctionné et ça ne nous a pas couté plus cher.

Pour nous rendre à l’hôtel, nous avons pris un taxi de la compagnie Blue Bird. C’est la compagnie la plus recommandée et la plus fiable selon les guides. Pour se rendre dans le centre de Jakarta, il y a un péage, il est possible que votre chauffeur vous demande de payer (16 000 rp) directement au lieu de l’inclure dans le prix de la course. Rajoutez également environ 10 000 rp de taxe supplémentaire sur votre trajet. Au total, nous en avons eu pour environ 10€ jusqu’au centre de Jakarta.

 

Jakarta

 

Jour 2 : Voyage en train de Jakarta à Yogakarta

Après une nuit de sommeil dans la capitale, nous avons pris le train direction Yogyakarta, une ville à environ 500km de Jakarta. Nous avions réservé un hôtel proche de la gare Gambie afin de pouvoir y aller à pied et nous avions déjà nos billets achetés depuis la France via ticket.com. C’est hyper simple et pratique et nous avons fonctionné comme cela à chaque trajet en train. Les billets nous ont couté 9€ par personne. Pour le petit conseil valable tout le long de votre séjour, préférez prendre la première classe (ou premium, tout dépend de ce qu’ils proposent sur le site) car c’est souvent plus confortable et bien moins cher que ce qu’on pourrait payer en France . C’est important si vous comptez bouger souvent et profiter pour vous reposer entre chaque trajet. 8h de train c’est long, prévoyez donc à manger.

A notre arrivée à Yogyakarta, nous avons pris les fameux tuk-tuks pour nous rendre à l’auberge, tenu par un jeune couple.

Indonésie

Jour 3 : Découverte de Yogyakarta

Pour notre première journée, nous avons choisi de visiter la ville à pied et de faire le marché Beringharjo. Les marchés en Asie sont des passages obligés si on veut découvrir LE vrai : ils grouillent de fruits et légumes souvent inconnus pour nous occidentaux et c’est un vrai plaisir de s’émerveiller sur toutes ces couleurs et ces odeurs. Le plus frustrant est souvent la méconnaissance de certains aliments, les petites marchandes ne parlent souvent pas anglais c’est donc parfois impossible de mettre un nom anglais sur un fruit ! Comme nous n’avions rien programmé pour cette journée, nous nous sommes laissés guider par nos envies. Nous avons même sympathisé avec un jeune qui nous a conduit jusqu’à une galerie d’art Batik. Selon nous, ce n’était pas un hasard, ils repèrent les touristes et les conduisent jusqu’à des lieux de visite, pour favoriser le business. Rien de méchant, nous n’avons pas été obligés d’acheter quoi que ce soit. Si vous aimez l’art et que vous êtes curieux, vous pouvez y aller, on vous montrera comment les toiles sont peintes. Yogyakarta est connu comme pour être la capitale culturelle de Java, il y a donc beaucoup de galerie d’art et de street art.

Yogyakarta

Jour 4 : Visite du temple Boroboudour

À Yogyakarta, il y’a plusieurs temples à visiter dont les plus prisés le Boroboudour et Prambanan. Nous en avons visité qu’un seul, car nous voulions y aller par nos propres moyens, c’est à dire en louant des scoots. Les temples étant assez éloignés l’un de l’autre, nous avons opté pour le Boroboudour, plus proche. Pour être très sincère, c’est peut-être la partie que j’ai le moins aimée, certe le temple est magnifique et ce n’est pas du tout cet aspect que j’ai regretté, mais… LA FOULE ! Il y a avait un monde… nous avons pris ça sur le ton de la rigolade mais c’était vraiment dommage car nous n’avons pas pu apprécier ce lieu si beau et censé être un lieu de recueillement. Alors oui effectivement c’est un site très touristique, on n’y peut rien, nous faisons partie de ces milliers de touristes qui foulent les marches du temple. Alors pour la visite, allez-y tôt, ou alors prenez votre mal en patience ! Sur la photo, on a l’impression que je suis seule… coup de chance et bon timing !

Pour visiter le temple, il vous faudra être couvert, sinon on vous prêtera un saroung, pour couvrir vos jambes. Pensez également à prendre votre carte étudiante si vous en avez une, vous bénéficierez d’un tarif spécial.

 

Temple Borobudur

Jour 5 : Train de Yogyakarta à Probolinggo

Accrochez-vous, on va rentrer dans la partie un peu « galère-je trouve les combines pour ne pas me faire arnaquer ». Cette journée a été l’une des plus longues, entre les 8h30 de train, la recherche d’un bus et les négociations, nous avons été les rois de la débrouille ! Ce qu’il faut savoir c’est que nous souhaitions faire le Mont Bromo et le Kawa Ijen sans passer par des tours opérateurs. C’est faisable mais vraiment galère. Avec un tour, tout est organisé, vous ne vous souciez de rien. Or nous, nous voulions vraiment l’aventure et faire comme on le voulait. Nous avions bien étudié toutes les possibilités grâce à d’autres blogs, les guides et en questionnant les habitants.

Le matin, nous sommes donc partis de Yogyakarta, en « Grap » (Uber indonésien) pour nous rendre à la gare. Le trajet en train a été l’un des plus longs, nous avions opté pour la classe « standard »… une erreur. Bien que le train était propre, c’était forcément moins confortable, ce n’était pas des sièges individuels mais des banquettes, pas pratique du tout quand on y passe 8h sans accoudoir, sans repose-tête, à lutter pour ne pas s’endormir sur son voisin inconnu. Heureusement, nous avons rencontré un indonésien tellement généreux qu’il nous a nourris tout le long du voyage en nous faisant goûter toutes sortes d’aliments inconnus !

Arrivés à Probolinggo, c’est à ce moment même que l’aventure a commencé ! Nous devions prendre un van (un yellow bémol) pour nous emmener à notre hôtel, sauf… que nous avions lu l’arnaque organisée par les chauffeurs indonésiens pour nous soutirer un peu plus que prévu. Le premier van est censé nous conduire à une gare routière où là on peut prendre un autre van pour Cemoro. L’arnaque pour les chauffeurs est de vous faire croire qu’ils sont des « yellow bemo » alors que pas du tout, et ensuite de vous déposer à une fausse gare. Une fois que vous êtes à cette fausse gare, vous vous retrouvez avec les vans d’agences, et donc beaucoup plus chers. Les chauffeurs touchent une commission s’ils vous emmènent à la « fausse gare ». L’idée donc pour contrer l’arnaque c’est de ne pas dire que vous allez à la gare, vous dites que vous allez à l’Hotel Lava Lava, qui est juste à côté de la vraie gare. Résultat ils ne peuvent pas vous emmener ailleurs et vous certifier que vous êtes au bon endroit alors que non. Nous avons réussi à déjouer cette combine mais ça n’a pas été simple, la communication est parfois difficile ! Nous nous en sommes plutôt bien sortis, et nous avons pu prendre un deuxième van avec d’autres voyageurs pour nous rendre à l’Hôtel Yoshi’s. La nuit fut très courte car nous nous sommes levés à 2h du matin pour rejoindre le point de vue sur le Volcan Bromo.

Indonésie - Java

Jour 6 : Départ pour le point de vue sur le Mont Bromo

Il nous était possible de faire le cratère mais notre timing ne nous permettait pas de tout faire comme nous le souhaitions. Nous avons donc opté pour ne faire que le point de vue. Et comment vous dire que c’était MAGIQUE. Il faut partir très tôt pour être au premier rang et admirer le lever du soleil, les couleurs sont absolument magnifiques ! L’ascension depuis l’hôtel a été… rude ! Prévoyez des lampes torches ou frontales et vos cuisses. Vous en aurez besoin ! Pour atteindre le point de vue, il faut marcher environ 7,5km et c’est très très pentu, je préfère vous prévenir ! Si vous choisissez de prendre une Jeep pour vous conduire à quelques kilomètres du point de vue, ça sera beaucoup plus facile, mais comme vous vous en doutez, nous n’avons pas choisi la solution de facilité ! Une fois arrivés au point de vue, nous étions les premiers et nous avons attendu les premières lueurs du soleil dans un froid assez polaire… Sans lumière, le froid est assez difficile à gérer si vous n’êtes pas suffisamment couverts. Et sinon que dire du paysage ? Époustouflant ! Je pense que c’est quelque chose à voir au moins une fois dans sa vie ! Bien sûr, il y’a des milliers de beaux endroits partout dans le monde, mais si vous avez l’occasion d’aller en Indonésie, foncez !

Une fois le soleil levé, nous sommes redescendus et les galères de transports ont repris ! On pensait prendre un bus public pour redescendre jusqu’à la gare où nous avions notre train, mais c’était sans compter la fréquence aléatoire des bus… Il n’est tout simplement jamais passé et heureusement que nous avions de l’avance pour réagir en fonction. Sauf que nous n’étions pas au bon endroit, aucun transport ne s’arrêtait devant notre hôtel. Il y’avait bien sûr beaucoup de Jeep (qui emmènent les touristes jusqu’au cratère du volcan) mais aucun ne voulait nous emmener pour un prix raisonnable. Ils savaient qu’on était coincé et donc ils voulaient en profiter pour nous faire payer bien plus cher qu’habituellement. Heureusement après avoir demandé à tous les chauffeurs qui nous riaient au nez, nous avons fini par trouver un super chauffeur, un Mario Kart de la Jeep qui nous a conduits jusqu’à la gare en toute vitesse et en slalomant entre les défilés d’enfants dans les rues. Folklore et intense ! Nous sommes arrivés juste à temps pour le train. Le conseil qu’on peut donc vous donner si vous aller Bromo, trouvez un logement à Cemoro même et non plus bas comme nous l’avons fait : vous aurez plus de possibilités pour les transports.

De là, nous avons donc pris le train pour Banyunghi, et avons trouvé un chauffeur qui a bien voulu nous emmener jusqu’à notre hôtel. Nous ne pensions pas, mais c’est la première fois que nous sommes arrivés dans un hôtel COMPLET. Heureusement le propriétaire nous a loué 2 chambres dans sa maison !

Mont Bromo

Mont Bromo

Kawa Ijen

Mont Bromo

Jour 7 – L’ascension du Kawa Ijen

Après une courte nuit… Nous nous sommes levés à 1h du matin pour aller en van jusqu’au point de départ du Kawa Ijen. Comptez 45 min de trajet. Pour l’ascension, prenez absolument un guide, c’est beaucoup mieux et ils sont adorables. L’entrée vous coutera 100 000 rp et comptez 150 000 rp pour un guide. L’ascension était difficile mais nous avons moins souffert que le mont Bromo. Le plus dur, reste l’odeur du soufre, nous avions des masques fournis par notre guide, mais malgré tout, l’odeur était assez prenante. Une fois que vous êtes montés jusqu’en haut, il faut descendre au plus près du cratère rempli d’acide. Impressionnant ! Nous avons vu les flammes bleues qui sont le résultat de la combustion du soufre. Il y a beaucoup de monde, beaucoup de touristes qui ne font pas attention aux autres et surtout aux porteurs de soufre qui peuvent porter jusqu’a 80kg de soufre. C’est sidérant, ils le font dans des bottes en plastique et sans masque. Notre guide a été d’une gentillesse incroyable, d’une attention touchante, c’est un souvenir que je n’oublierai pas, ces hommes qui font 2 à 3 fois ce trajet pour gagner l’équivalent de 40€ par mois. Après avoir vu les flammes bleues, nous sommes remontés, et avons marché jusqu’au point de vue surplombant le volcan. Il faisait encore nuit et nous ne savions pas encore le paysage qui allait s’offrir à nous. Nous avons attendu à l’abris du vent, serrés les uns contre les autres pour tenter de se réchauffer. Lorsque le soleil s’est levé, comment vous dire à quel point nous avons été ébahis… Je pense que les photos suffiront à vous montrer à quel point c’était beau et impressionnant. J’ai eu un sentiment très particulier lorsque j’ai vu ce lac bleu et les montagnes en fond : le sentiment d’avoir vu quelque chose d’incroyable, quelque chose qu’on ne fait qu’une fois dans sa vie. Moi, la fille de l’océan qui s’émerveille devant une plage, je me suis émerveillée devant les montages et c’est le plus beau souvenir de ce voyage. Même les belles plages de Bali, bien que magnifiques, ne m’ont pas autant coupé le souffle.

Nous sommes repartis de ce paysage, le coeur rempli de souvenirs impérissables, et d’amour pour ces porteurs de soufre. Très fatigués aussi, nous n’avions pas fait de vraies nuits depuis 48h, autant vous dire que le trajet en voiture a été calme ! Nous avons pris la route jusqu’au ferry qui devait nous emmener à Bali. La suite, je vous la raconte au prochain épisode !

Kawa Ijen

Kawa Ijen

 

Fashion week au sommet

N’hésitez pas à me poser toutes vos questions ici. J’espère vous avoir donné envie d’y aller <3

Laisser un commentaire