Récit de course : Semi-Marathon de Miami

Semi-marathon de Miami

En un mot ? MAGIQUE !  C’était il y a une semaine et c’est pourtant toujours cet incroyable sentiment que j’ai encore.

Semi marathon de Miami
Crédit photo : @air_v_n_v

Avec Laurie, nous avons réservé nos billets d’avion pour Miami, sans penser qu’au même moment aurait lieu le marathon de Miami. Quand nous avons vu les dates et qu’il y avait un format semi, nous n’avons pas hésité longtemps à nous inscrire. Comment être dans une telle ville et ne pas participer à cette compétition sportive ? Et puis courir à Miami… le rêve !

Sans préparation spécifique, nous avons trouvé le semi-marathon parfait pour allier vacances et sport. C’était ma première expérience de course à l’étranger, et aujourd’hui, je regarde toutes les compétitions que je pourrais faire ailleurs, tellement j’ai adoré cette expérience. Il faut absolument que je vous raconte tout !

 

Miami Run Babe

3h30. Le réveil sonne, après une nuit de quelques heures en dent de scie à cause du décalage horaire, c’est dur et je me réveille un peu de mauvaise humeur. J’ai tellement mal dormi, que j’ai peur de faire une course dans cet état et de mal le vivre. Je veux vivre cette expérience au mieux, même au-delà des performances, je veux savourer chaque kilomètre de cette aventure. Pour le petit déjeuner, Laurie et moi avions prévu de prendre du Sportdej : une préparation aromatisée au chocolat en poudre qui se digère facilement. Pratique pour les voyages, car il y a juste à rajouter de l’eau froide et c’est prêt.

Vers 5h, nous retrouvons Solène venue nous chercher en Uber pour rejoindre le stade Arena de Miami qui se situe dans le « donwtown ». En arrivant, la route est déjà bloquée et nous descendons un peu avant pour nous rendre à pied jusqu’aux consignes. C’est déjà la folie et je me rends compte à ce moment-là que ça a l’air d’être quelque chose de fou : un énorme drapeau américain flotte déjà dans le ciel. C’est comme dans les films ! C’est ma première fois aux Etats-Unis alors imaginez que pour moi tout me parait immense et impressionnant !

Nous nous rendons aux consignes, c’est très bien organisé et même avec plus de 20 000 personnes, il n’y a pas de file d’attente, c’est fluide et on n’a même pas l’impression qu’il y a autant de participants. Il fait super bon et je suis ravie de courir enfin en débardeur !

Semi-marathon de Miami

Semi-marathon de Miami

Vers 5h45, nous commençons à rejoindre nos SAS : le départ du marathon et du semi se fait en même temps, je me faufile dans mon sas 1h45 ou 50, j’avoue ne pas me souvenir de ce que j’ai marqué lors de mon inscription. Je fais un dernier bisou à Laurie et Solène qui ne sont pas dans le même sas que moi. Une fois toute seule, je prends encore plus l’ampleur des éléments : les lumières, les écrans géants qui projettent des sportifs en action accompagné de phrases inspirantes et motivantes, l’hymne national qui s’élève, les autres coureurs qui ont l’air tous heureux. Je suis fatiguée mais je me sens tellement excitée et reconnaissante de pouvoir participer à une telle compétition. À ce moment précis, je me sens hyper chanceuse et heureuse : je suis en bonne santé, et j’ai la chance de pouvoir courir ici à Miami, avec 20 000 autres coureurs. Je me sens presque émue car je sais que je suis un train de vivre quelque chose qui sera un de mes meilleurs souvenirs. Même si ce n’est qu’un semi-marathon, même si ce n’est rien de fou pour certains, je vis ce moment comme un moment exceptionnel. Alors oui, ça m’émeut un peu !

Semi-marathon de Miami

Chaque sas part avec 5 minutes d’intervalle, et mon départ est donné vers 6h15. Au coup de feu, je passe sous l’arche : « It’s not Miami without you ». L’une des phrases que je verrais ensuite le plus sur le parcours. Il fait nuit et la température est idéale : entre 20 et 22 degrés, c’est parfait pour courir ! Dès le départ, on attaque par un immense pont, ça monte un peu mais ça reste raisonnable. Je commence à me dire que le premier kilomètre monte déjà pas mal, j’espère que ça ne sera pas le cas tout le reste du parcours. Et puis je finis par me résonner : « Ne pense pas à ça, tu es venue pour profiter, si ça grimpe, tant pis, cela fait partie du jeu ! » Je commence alors l’une de mes activités favorites quand je cours : j’observe tout et je laisse défiler mes pensées. J’observe les coureurs, je cherche les différences entre les coureurs Américains et Français. J’admire les belles tenues hyper stylées des Américaines. Les 2 premiers kilomètres sont géniaux, je m’émerveille des gens ! Il y a de tout : des coureurs déguisés, des coureurs qui courent pour un proche parti trop tôt, des coureurs qui diffusent de la musique, ils chantent, dansent et courent en même temps ! Tout un programme mais tellement génial à voir ! Je passe devant un coureur en fauteuil roulant, et tout le monde l’applaudit et l’encourage. Encore une fois, je suis émue, mon coeur est un vrai chamallow, moi qui suis pas du genre à trop m’émouvoir !

Après ces 2 premiers kilomètres, ça commence à redescendre, on se dirige vers Miami Beach. Les routes sont larges, et personne ne se gène. Sur Miami Beach, le soleil commence à se lever, et la lumière est magnifique. Je redoute le vent, car les jours précédents, nous avons eu énormément de vent. Mais finalement c’est plutôt calme, quelques portions du parcours sont plus au vent que d’autres mais ça reste très tolérable. Sur le parcours, il y a des ravitaillements assez régulièrement : de l’eau ou du glucose. Très peu à manger en revanche. Nous avions été prévenu, j’avais donc tous mes tubes énergétiques sur moi. A chaque ravitaillement, je bois quelques gorgées, j’ai super soif, il commence à faire chaud mais j’aime cette sensation.

Sur le parcours, je savoure chaque minute, physiquement, je ne peux pas dire que c’est la grande forme, je suis à une moyenne de 5’10 au kilomètre mais ça me va. Je ne m’attends pas à battre mon record, je n’ai pas fait de prépa, j’ai le décalage horaire dans la tête, les jours précédents, nous avons beaucoup marché pour visiter et nous n’avons pas forcément mangé à horaires fixes : c’est normal, c’est les vacances et j’aurai profité de chaque journée à fond.

Je continue d’observer les gens, je recroise un homme que j’avais vu pendant le premier kilomètre, il courait à l’envers, à reculons en somme. Sur le moment, je m’étais dit que c’était surement pour voir son binôme et lui parlé. Lorsque je le croise au kilomètre 15, il est toujours à reculons : le mec est en train de courir un marathon à RECULONS ! C’est fou ! Jusqu’au 15ème, j’essaye d’imprimer dans ma tête chaque moment, de ne perdre aucune miette de ce que je vis et je pense au moment où je vais réécrire tout ça pour vous le raconter ! J’ai hâte ! Alors je cours et j’observe, les gens, les paysages, tout. Ca passe très vite et le parcours commence déjà à revenir vers le lieu de départ. On passe sur une multitude de petits ponts blancs qui relient Miami Beach et le continent. C’est beau, j’adore ces paysages entre mer, buildings et port de plaisance. Après tous ces ponts, on arrive dans un quartier très chic : de belles villas avec des baies vitrées immenses face à la mer. Exactement comme dans les films, et j’imagine des célébrités en train de prendre leur café ! Je vois même un gros 4×4 de garde du corps garé devant une maison, je laisse encore divaguer mon esprit sur qui peut être la star.

A partir du 15eme kilomètres, la foule est encore plus présente. Tout le long du parcours, il y a eu du monde, il était pourtant tôt mais tous les américains étaient dehors avec leur thermos de café pour encourager les coureurs. Vers l’arrivée, l’ambiance y est encore plus folle, chaque kilomètre, il y a un DJ avec de la musique, ou des cheerleders qui dansent. J’aperçois une pancarte qui me fait rire et dont Laurie s’en souvient aussi : « You hair looks sexy« . J’ai vu plein de petites pancartes de ce style, c’est drôle et hyper motivant, les américains savent encourager !

Les 3 derniers kilomètres sont vraiment longs, je n’en peux plus, je ne craque pas mais j’ai hâte d’arrêter de courir ! Je m’étais dit que je voulais accélérer les 3 derniers kilomètres mais j’en suis incapable. J’essaye donc au moins de maintenir mon allure même si c’est dur. Comme ma montre a de l’avance sur le parcours, j’arrive presque au bout de ces 21km, je pense apercevoir l’arche d’arrivée mais non… la déception ! J’ai l’impression que ce dernier kilomètre est interminable. J’arrête ma montre à 21km100 et jusqu’à la ligne d’arrivée c’est au moins 800 mètres qu’ils me restent à parcourir. Au franchissement de la ligne, un coureur me coupe littéralement la route et je manque de tomber. Ça m’agace mais j’ai fini ma course et je suis super contente ! Ce n’est pas lui qui va me gâcher mon plaisir ! Laurie m’attend quelques mètres plus loin et on est impatiente de tout se raconter, on a le sourire jusqu’aux oreilles. Les bénévoles de l’organisation nous passent la médaille autour du cou, depuis le temps qu’on l’attendait celle-ci ! Une médaille avec un palmier au milieu, autant dire qu’on était impatiente de l’avoir ! Le ravitaillement de fin est gigantesque, des mètres de tables avec des cartons entiers de barres, compotes, gâteaux, etc… Il y a de tout, l’organisation nous remet un petit panier repas mais toutes les marques venues pour offrir leurs produits sont nombreuses, c’est impressionnant.

Semi-marathon de Miami

L’après course c’est toujours l’euphorie dans notre tête ! Avec Laurie, nous avons vécu un super moment, vraiment incroyable. C’est le mot que je retiens, tout était là pour rendre ce moment vraiment magique : la météo, le parcours, l’organisation. J’ai savouré chaque kilomètre de cette course et je pense déjà à m’y inscrire pour l’année prochaine. C’est surement encore trop tôt pour que je me projette déjà en janvier 2019 mais il est clair que j’ai envie de refaire au moins d’autres courses à l’étranger. C’est une année qui commence super bien avec un souvenir dont je vais me nourrir toute cette année !

Semi-marathon de Miami

Quelques informations pratiques

Si vous avez envie de faire une course à l‘étranger, sautez le pas, c’est une belle expérience à vivre. Le sport a cette possibilité de faire vivre de belles émotions, et être réuni pour courir tous ensemble avec des centaines de nationalités différentes, c’est rendre le sport encore plus beau !

Pour le semi-marathon de Miami, nous nous sommes inscrite directement sur le site, et nous avons payé en ligne. Vous n’avez rien de plus à faire, il faut remplir les informations classiques et donner votre temps de référence pour qu’on puisse vous mettre dans un sas. On ne vous demandera pas de certificat médical, il n y a qu’en France qu’on le demande.

Pour le format, c’est comme vous souhaitez bien sûr mais je trouve que le format semi-marathon est un bon compromis quand on veut allier vacances et course officielle. Ça ne demande pas une préparation particulière, si vous n’avez pas d’objectif de temps et vous pouvez profiter des jours avant et après la course pour les visites du pays.

Pour l’alimentation, nous n’avons pas spécialement fait attention, nous mangeons de façon équilibrée la plupart du temps mais en vacances, c’est plus dur de manger à heure fixe, nous avons souvent sauter des repas ou manger en décaler mais nous ne souhaitions pas être trop rigide là dessus, les vacances c’est souvent le moment où on déconnecte des horaires et ça fait un bien fou !

Les photos officielles du marathon et semi sont gratuites, nous avons trouvé ça plutôt bien. Mon temps officiel est très éloigné du temps indiqué sur ma montre, les routes aux Etats-Unis sont très larges, les mauvaises trajectoires peuvent allonger le parcours de pas mal de mètres. Personnellement, je n’ai pas pensé à mes trajectoires… trop occupée à regarder ce qui se passait autour de moi !

Semi-marathon de Miami

Semi Marathon de Miami

Semi marathon de Miami
Crédit photo : @air_v_n_v

En tout cas j’espère que cela vous aura donné envie de courir à l’étranger ! Je tenais aussi à vous remercier de tous les messages d’encouragement envoyés sur Instagram. A chaque vibration de ma montre, je voyais vos messages et c’était génial de vous sentir aussi présent ! Alors merci ! J’ai adoré partager tout cela avec vous ! ♡

 

8 Replies to “Récit de course : Semi-Marathon de Miami”

  1. Félicitations Pauline, très bel article, inspirant et très bien écrit.
    Tu m’as donné envie de le courir l’année prochaine aussi!

    1. Merci Chloé ! Ravie de t’avoir donné envie de le courir ! Peut-être que l’on se croisera là-bas l’année prochaine alors ☺️
      À bientôt !

  2. Ton article donne tellement envie ! Encore bravo pour cette course, votre séjour semble magique 🙂

    1. Merci Marine, c’était ouf vraiment, ça met plein d’étoiles dans les yeux ! ✨

  3. LE BOURTHE Valérie dit : Répondre

    Merci pour le récit de cette superbe aventure à Miami illustré par de très belles photos . Tu ne sembles pas fatiguée. Tu restes souriante, pleine de fraîcheur et de bonheur. Valérie

    1. Merci à toi Valérie pour ton gentil commentaire ! J’espère que tout va bien pour toi ! Bonne continuation 🙂

  4. Des frissons à la lecture de ton récit/compte-rendu. Je me revois il y a quelques mois lors de mon premier semi-marathon, en Irlande-du-Nord. L’ampleur n’est pas comparable, l’ambiance non plus je pense, mais tout de même, cette émotion, je la reconnais.
    C’est dingue comme le hasard fait bien les choses parfois. Une opportunité que vous avez bien eu raison de saisir, ça devait être DINGUE !
    Je me suis régalée avec tes posts et instastories en tout cas (pendant le semi et pendant tes vacances de manière générale). Je partage d’ailleurs totalement l’état d’esprit que vous avez eu avec Laurie vis-à-vis de cette course : le PLAISIR avant tout ! Vous n’avez rien calculé (alimentaire, sommeil, etc) et vous avez bien eu raison ça vous a permis de vivre une expérience incroyable tout en profitant de vos vacances.
    Comme tu l’as dit, 2018 comment très très bien, hâte de voir ce qu’il t’attend pour le reste de l’année, je serais ravie de te croiser sur une course d’ailleurs.
    A bientôt ♡,

    1. Hello Marie,
      Merci encore de suivre toutes mes aventures et particulièrement ce semi-marathon qui a vraiment été magique (je me répète 🙊). Avec Laurie, nous avons été sur la même longueur d’onde toutes les vacances, et c’est pourquoi on a vraiment tout fait « à la cool » ! En tous cas j’espère bien qu’on se croisera sur une prochaine course !
      A bientôt ♡

Laisser un commentaire