Sport et bien-être : Préparation mentale et sophrologie

Deux mois que je suis sur Paris, j’ai l’impression que la vie a défilé à une vitesse grand V. C’est déconcertant mais tellement génial, ça signifie que je ne m’ennuie pas et que j’apprivoise très positivement cette nouvelle vie. Ce n’était pourtant pas gagné, si vous avez lu mon dernier article, j’ai toujours refusé de mettre un pied à Paris. Avant même d’y aménager, je n’avais même jamais passé plus de 2 jours dans la capitale… C’est pour dire ! Je trouvais que la vie parisienne ne me correspondait pas, j’étais trop attachée à mon confort à La Rochelle pour le quitter. Finalement j’adore ma vie à Paris, qui l’aurait cru ?  Je m’émerveille de tout et je ne regrette pas ce choix de vie. Je recrée petit à petit mon propre rythme, celui qui me correspond.

Certe la vie parisienne peut être stressante, les transports en commun (c’était une vraie peur me concernant), le flot de gens qui montent et descendre du métro, la circulation, les klaxons…un environnement très loin de celui auquel je suis habituée depuis des années. Je suis aujourd’hui la première surprise de voir à quel point je m’adapte très bien à cette nouvelle vie. Ce qui me rend plus sereine dans ce rythme effréné, c’est de savoir lâcher-prise sur certaine chose, ne pas faire cas de tout. Je suis quelqu’un d’entier qui a tendance à prendre tout au premier degré. Ce n’est pas une question de suceptibilité, c’est simplement que j’ai toujours eu tendance à prendre toutes les choses très à coeur. Une voiture qui klaxonne ? Je me sens agressée. Quelqu’un qui me bouscule ? Je m’énerve… Tout est souvent question à ce que je prenne tout pour moi. Étonnement dans ce nouvel environnement, qui pourrait être très anxiogène, je me trouve plutôt apaisée. Je lâche prise.

C’est un peu ce que j’ai appris ces derniers mois lors de mes séances de préparation mentale et de sophrologie. Le lâcher-prise. Ne pas prendre tout au premier plan. Ne pas faire cas de tout. Le métro est bondé ? On respire à fond, on prend son mal en patience et on pense à des petites choses positives pour que ce mauvais moment passe plus vite.

Il y a quelques mois, j’ai débuté des séances de préparation mentale avec Pierre Chauvel, ancien sportif de haut-niveau reconverti dans le milieu du bien-être. Dans son cabinet, il pratique la réflexologie, la sophrologie et la préparation mentale. Quand Pierre m’a contacté, je n’avais aucune idée de ce qu’était réellement la préparation mentale et surtout, je pensais que c’était réservé aux sportifs de haut niveau. En réalité, c’est accessible à tout le monde et pas qu’aux sportifs de haut niveau. La préparation mentale peut intervenir dans plusieurs situations : préparation à un examen, un concours, une compétition (qu’on soit sportifs de haut-niveau ou pas) ou encore en accompagnement au management.

Alors bien sûr c’est un passage obligé pour les sportifs de haut-niveau, car il y a de gros enjeux et qu’il faut apprendre à gérer son stress sur chaque compétition pour donner le meilleur de soi-même. Mais on peut vouloir également donner le meilleur de soi sans en enjeux aussi importants que pourrait avoir les sportifs de haut-niveau.

La préparation mentale, c’est en quelque sorte l’apprentissage de techniques pour améliorer ses performances et/ou atteindre son objectif. Et pour y arriver, on travaille sur plusieurs étapes : la confiance en soi, la concentration, la relaxation, la projection mentale et la fixation d’objectifs. Autant d’éléments importants qui vont favoriser l’état d’esprit le jour de la compétition par exemple (ou le jour de la représentation).

C’est peut-être nébuleux pour certains, comme pour moi qui étais persuadée que l’entraînement physique représentait 90% du travail pour atteindre ses objectifs. Bien sûr que c’est indispensable, on ne peut pas performer si on ne s’est pas entrainé correctement, mais l’aspect mental est tout aussi important pour la réussite. C’est l’état d’esprit dans lequel on est sur la ligne de départ et pendant la course qui peut nous faire gagner quelques secondes.

La préparation mentale permet en autre d’apprendre à:

  • Gérer son stress
  • Augmenter sa confiance en soi
  • Se fixer des objectifs difficiles mais réalisables
  • Développer sa motivation
  • Optimiser sa concentration

 

Comment se déroulent les séances ?

La première séance, c’est la définition des objectifs.  Avec Pierre, nous avons discuté longuement de mes objectifs sportifs et mes attentes. C’est l’occasion pour le préparateur mental d’en apprendre plus sur nous et sur notre manière d’aborder une compétition. C’est suite à cette première rencontre que Pierre a programmé les prochaines séances en fonction de ce que j’avais besoin de travailler. Pour ma part, on s’est beaucoup focalisé sur le lâcher-prise. C’est quelque chose que j’ai vraiment du mal et cela se ressent dans ma pratique sportive (et ma vie en général). J’ai tendance à me focaliser sur ma montre et ma vitesse, ce qui m’empêche d’être à l’écoute de mes sensations. Dès que mon allure sur le chrono ne me satisfait pas, j’ai des pensées négatives. Et il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des pensées…dans le sport et dans la vie !

À chaque séance, on se focalisait sur un point précis : la concentration, la confiance en soi, etc… Pour cela, on travaillait sur des exercices bien précis à l’aide de la respiration. L’idée était de conceptualiser, par exemple, les pensées négatives par une expiration dynamique, comme si on voulait l’expulser de notre tête. La respiration a une part importante dans la préparation mentale. Je me suis d’ailleurs rendu compte que je ne respirais « pas assez bien ». Les respirations profondes ont un vrai pouvoir sur notre bien-être, chose qu’on a souvent tendance à négliger.

À la respiration, on y ajoutait aussi la projection : visualiser sa course, le franchissement de la ligne d’arrivée, et plus globalement, son objectif, l’examen important que l’on doit passer, l’entretien que l’on prépare. Autant d’exercices qui varient de séance en séance pour répondre à chacun des objectifs. La projection est un exercice très bénéfique je trouve car il permet vraiment de rendre l’objectif « plus » réel, de lui donner une vraie valeur, une existence en quelque sorte. Et comme je l’ai dit plus haut : la pensée a un vrai pouvoir sur nous et notre environnement.

Les exercices sont très variés car ils ne consistent pas uniquement à respirer, on accorde aussi beaucoup d’importance dans le mouvement, car ils permettent de prendre conscience des sensations qui sont en nous. Allier la respiration au mouvement pour prendre conscience des sensations, quelque chose que je ne faisais que très peu après une séance de sport par exemple ou à l’étirement.

L’exercice qui a été le plus compliqué pour moi, a été celui de l’écriture. Dans la préparation mentale, il y a un travail assez personnel qui est de mettre des mots sur ses doutes, ses craintes. Cela peut être assez déstabilisant, et cela l’a été pour moi. Pour la première fois, j’ai du mettre noir sur blanc, mes doutes, mes pensées négatives, mes espérances, etc…

Toutes les séances se font de manière très progressive car il y a beaucoup d’éléments à assimiler. Il faut ensuite être assidu, et appliquer les conseils et les exercices dès que la situation s’y prête.

Ma progression

Au-delà du sport, ces séances m’ont permis de travailler aussi sur beaucoup d’autres aspects de ma vie. J’ai essayé d’appliquer toutes ces petites techniques de respiration et de visualisation mentale à d’autres situations. Ces derniers temps, j’ai passé plusieurs entretiens d’embauche, ça a été l’occasion de les appliquer. Je me souviens d’avoir réalisé quelques exercices de respiration 2-3 minutes avant mon entretien, juste avant d’appuyer sur la sonnette ! Destresser , croire en soi et rentrer en entretien un peu moins stressé ! Ça aide !

Niveau sport, je pense que j’ai encore un peu de travail, car j’ai encore des pensées négatives. Je me dis souvent que je ne suis pas assez bien préparée, je n’arrive pas à apprécier les efforts fournis, j’ai tendance à me dire que j’aurai pu faire mieux. Il faut savoir aussi se dire que toutes les séances ne peuvent pas être parfaites et lorsqu’on est satisfait, il faut se le dire, car c’est bon pour la confiance en soi.

Là ou je constate les progrès, c’est dans ma vie de tous les jours, j’essaye d’appliquer quotidiennement ce que j’ai appris lors des séances, des respirations profondes quand je me sens un peu stressée, voir le positif plutôt que le négatif. Pour certains c’est facile et cela se fait naturellement mais pour d’autres personnes comme moi, qui ont tendance à prendre tout à coeur, il est parfois difficile de lâcher prise, de minimiser certaines choses pour pas qu’elles aient un impact négatif sur soi et sa journée. Cela se fait par étapes, mais je sais que j’arrive de plus en plus à lâcher-prise et à être moins dans la confrontation dès que quelque chose ne me satisfait pas.

Mon ressenti sur ces séances est très positif car finalement j’étais venue pour une préparation mentale qui, je pensais, allait surtout concerner le sport. Au final c’est allé bien au delà. Tout ce que j’ai appris, je l’applique au quotidien. Il est très difficile de pouvoir vraiment vous raconter dans les détails car c’est aussi très personnel.

Rien n’est acquis et j’ai encore beaucoup de mal à lâcher-prise sur certains aspects de ma vie. Notamment l’alimentation. J’en parle très peu sur les réseaux car il y a déjà tellement de comptes qui tournent autour de ça, l’acceptation de soi, le regard que l’on porte sur soi. Je ne me sens pas toujours de parler de ces sujets, je ne veux pas lancer de débat mais c’est un travail sur lequel je travaille.

Mes prochains objectifs sportifs ? Après une petite pause de quelques semaines, je vais profiter de cet été pour me remettre en forme, de trouver des parcours qui me donnent envie de courir, de me trouver une salle de sport qui soit pratique pour moi, et je reprendrais les courses tranquillement, surement par un semi-marathon, car c’est ce que je préfère. L’idée d’un marathon me trotte dans la tête mais sous la seule condition que je trouve du temps pour m’entrainer correctement. Je sais me dégager du temps pour faire du sport malgré mon rythme de travail qui est  assez intense mais je ne veux pas le faire au détriment de ma santé. Je sais ce qu’une préparation marathon engendre comme fatigue. Là encore c’est un travail que je dois faire, prendre confiance en mes capacités physiques ET d’organisation !

Si vous avez des questions sur la préparation mentale, n’hésitez pas à me les poser ou à Pierre Chauvel via ses réseaux sociaux ou son site web. Il est situé au 285 avenue Carnot 17000 LA ROCHELLE. Il organise régulièrement sur La Rochelle des séances de méditation pour améliorer le sommeil, réduire le stress, etc…

Je remercie Pierre pour sa bienveillance, son professionnalisme. Merci pour cette chance. Cette chance d’avoir pu apprendre tout ça. C’est un bagage pour la vie.

 

Crédit photo de couverture : Marine Gaborit 

 

Laisser un commentaire